- Qu'est-ce que le diabète?

Le diabète est une maladie incurable qui survient lorsque l’organisme ne parvient pas à utiliser convenablement le sucre (glucose), qui est un « carburant » indispensable à son fonctionnement. Le glucose, mal absorbé par les cellules, s'accumule alors dans le sang et est ensuite déversé dans l’urine. Cette concentration anormalement élevée de glucose dans le sang se nomme hyperglycémie. À la longue, elle peut entraîner des complications aux yeux, aux reins, au coeur et aux vaisseaux sanguins.

Le diabète peut provenir d'une incapacité, partielle ou totale, du pancréas à fabriquer l'insuline, qui est une hormone indispensable à l’absorption du glucose par les cellules. Il peut aussi provenir d'une inaptitude des cellules elles-mêmes à utiliser l'insuline pour absorber le glucose. Dans les 2 cas, les cellules étant privées de leur principale source d'énergie, il s'ensuit forcément des conséquences physiologiques importantes, comme une fatigue extrême ou des problèmes de cicatrisation par exemple.

- Les principaux types de diabète.

Les principaux types de diabète :

- Diabète de type 1.
Également nommé « diabète insulinodépendant » (DID) ou « diabète juvénile », le diabète de type 1 apparaît lorsque le pancréas ne produit plus d'insuline ou n'en produit pas assez. Cela peut être causé par une attaque virale ou toxique, ou par une réaction auto-immune qui entraîne la destruction des cellules bêta du pancréas, lesquelles sont responsables de la synthèse de l'insuline. Ce type de diabète atteint surtout les enfants et les jeunes adultes, bien que l'incidence chez les adultes semble être en croissance. Il touche environ 10 % des diabétiques.
- Diabète de type 2.
Souvent désigné sous les noms de « diabète non insulinodépendant » (DNID) ou « diabète de l'adulte », le diabète de type 2 est caractérisé par le fait que l'organisme devient résistant à l'insuline. Ce problème survient généralement chez les personnes de plus de 45 ans, mais l'incidence est en forte croissance chez les plus jeunes. Ce type de diabète, de loin le plus fréquent, touche près de 90 % des diabétiques.
- Diabète gestationnel.
Se définit comme tout diabète ou intolérance au glucose qui se manifeste durant la grossesse, le plus souvent au cours du 2e ou 3e trimestre. Souvent, le diabète gestationnel n'est que temporaire et disparaît peu après l'accouchement.
- Diabète insipide.
C’est une maladie assez rare, causée par une production insuffisante de l'hormone antidiurétique par l’hypophyse, appelée « vasopressine ». Le diabète insipide s'accompagne d'une augmentation du débit d'urine, tandis que la glycémie demeure tout à fait normale. Ainsi, il n'a rien à voir avec le diabète sucré. On l'appelle « diabète » insipide, car comme dans le diabète sucré, le débit d’urine est abondant, mais l'urine est insipide plutôt que sucrée.
- Les symptômes du diabète.

Les symptômes sont les pratiquement les mêmes pour tous les types de diabète ; cependant,ils sont souvent plus insidieux dans le cas du diabète de type 2.

- Une envie fréquente d’uriner (polyurie), surtout la nuit.
- Une augmentation de la faim (polyphagie) et de la soif (polydypsie), avec une sensation de bouche sèche.
- Perte de poids et amaigrissement
- Faiblesse et une fatigue excessives (qui se remarque surtout après les repas.)
- Vision floue ou trouble.
- Augmentation de la fréquence des infections de la peau, des gencives, de la vessie
- Ralentissement du processus de cicatrisation.
- Engourdissement ou fourmillement dans les mains et les pieds.

Il est important de préciser qu'un diabète non traité ou mal contrôlé cause des symptômes graves qu'il est important de savoir reconnaître. N'hésitez pas à consulter votre médecin.

- Les personnes à risque.

Les personnes qui ont une prédisposition génétique. Autant pour le diabète de type 1 que de type 2, il semble que la prédisposition génétique soit un facteur déterminant pour l’apparition de la maladie.

Les personnes obèses ou ayant un surplus de poids, surtout lorsque la masse adipeuse se concentre dans l’abdomen plutôt que sur les hanches et les cuisses. En effet, le gras logé dans les organes de l’abdomen (surtout le foie) est celui qui nuit le plus à la fonction de l’insuline. Plus de 80 % des diabétiques de type 2 ont un excès de poids.

- Le diabète et le sport.

Sport et diabète de type I

Pour les diabétiques dont le pancréas ne fabrique presque pas ou pas du tout d'insuline (diabète de type I), pas de pratique sportive sans avis et suivi médical. Dans ce cas, le sport n'a pas d'effet thérapeutique direct. Il offre cependant 2 avantages non négligeables : l'exercice physique est l'occasion d'apprendre à adapter ses doses ; il a un rôle évident dans la valorisation de l'image de son corps.

Sport et diabète de type II

Le sport a un intérêt thérapeutique direct puisque l'activité physique rend l'insuline plus efficace. Conscient de cette importance, l'AFD a cofondé l'Union Sport Diabète dont le but est de favoriser l'exercice physique pour tous les goûts et à tous les niveaux, pour tous les diabétiques

Pour les diabétiques de type II, voici quelques conseils sur la conduite à tenir avant, pendant et après l'activité physique:

Avant la pratique d'un sport, il est important de :
  - faire un bilan de santé avec votre médecin traitant
  - évaluer vos capacités cardiaques et respiratoires
  - faire le choix du sport selon ses motivations sachant que le sport choisi doit être pratiqué en compagnie
 
- prévenez la personne responsable du club ou vos coéquipiers de votre maladie et expliquez lui comment réagir en cas de malaise hypoglycémique
  - Ayez toujours du glucose à portée de main (trois morceaux de sucre remontent la glycémie de 0,5 g/l).
   
Pendant la pratique sportive :
  - consacrez du temps à l'échauffement et l'étirement de vos muscles
  - veillez à apporter régulièrement de l'eau et des glucides avant même d'en ressentir le besoin
  - évitez le refroidissement après l'effort
  - connaissez vos limites (vous ne devez pas être épuisé(e) à l'issue d'une séance de sport)
   
Après la pratique sportive :
  - Il est important de contrôler la glycémie de façon à juger si l'adaptation alimentaire est suffisante, insuffisante ou exagérée.
   
Il est important de savoir qu'il est plus profitable de pratiquer une activité physique légère quotidienne plutôt qu'une activité intense de temps en temps. Apprenez à doser votre effort dans la durée et l'intensité.
- Quels sports pour les diabétiques ?

La pratique régulière d'un sport permet de :

- baisser le taux de glycémie
- lutter contre l'obésité
- maintenir un poids satisfaisant (calculez votre IMC)
- entretenir le coeur
- entretenir les artères

Les conséquences bénéfiques de la pratique du sport sur la santé se situent au niveau physique mais aussi mental. Le bien-être consécutif à la pratique sportive permet d'affirmer que le sport ajoute de la vie aux années.

UN DIABETIQUE NON INSULINO-DEPENDANT PEUT-IL FAIRE DU SPORT?

Le sport, et plus particulièrement une activité sportive d'endurance, est fortement recommandé au diabétique (bicyclette, marche à pied, natation, randonnée, gymnastique, etc...). Il faut que cette activité soit pratiquée régulièrement: une heure de pratique par jour ou tous les deux jours.

Il est intéressant de faire noter par le malade sa glycémie capillaire avant l'effort et deux heures après pour le conforter du bienfait de cet exercice physique.

Pour le diabétique non insulinodépendant prenant des médicaments tels que les sulfamides hypoglycémiants (glucophage par exemple), s'il s'agit d'effort prolongé, il reste indispensable de mesurer la glycémie capillaire avant et après l'effort.

Il faut éviter une hypoglycémie après l'effort. C'est la raison pour laquelle, après un effort prolongé, le sujet devra absorber des glucides d'absorption rapide (sous forme liquide) et devra assurer une bonne hydratation pendant l'effort. Il faut rappeler que l'effet hypoglycémiant de l'effort dure non seulement pendant l'effort mais pendant 12 à 24 heures après l'effort, c'est-à-dire le temps pour les muscles de reconstituer leur stock de glycogène.

Une hypoglycémie peut très bien survenir la nuit qui suit l'effort si la compensation de glucides d'absorption rapide n'a pas été respectée après l'effort.


Accueil
Rubriques
Calories
Diététique
Tabac
Supports
Divers
Bienvenue Abdos en tablette? Dictionnaire Conseils 10 conseils Les livres Plan du site
Contact Adipocytes Protides 10 commandements Budget Les vidéos Téléchargements
Trucages photos Aérobie / anaérobie Lipides Recettes Grossesse Sites spécialisés Liens utiles
Coachs partenaires Après bébé Glucides Grossir? Effets négatifs    
  Cellulite Besoins en calories        
  Cholestérol Dépenses calories        
  Diabète I.M.C.        
  Grossesse Glossaire        
  Infarctus          
  Les maux du sport          
  Lexique anatomique          
  Lexique médical          
  Lexique sportif          
  Mal de dos          
  Ménopause          
  Rondeurs          
  Step: description          
  Thyroïde          
  Zumba          

Bienvenue au ème visiteur.
Merci de votre visite.